L'iridectomie sectorielle consiste à ôter un secteur supérieur de l'iris. Cette technique est indiquée dans la chirurgie de la cataracte en deux circonstances conjuguées : quand la pupille dilate très mal, et quand l'accès optique au fond de l'œil est indispensable en post-opératoire (quand on prévoit une photocoagulation pan-rétinienne chez un diabétique, par exemple). De manière surprenante, cette amputation du diaphragme irien n'est fonctionnellement pas pénalisante, grâce à la paupière supérieure, et le préjudice esthétique faible.

Ici, il s'agissait d'une extraction intra-capsulaire de la cataracte, sans cristallin artificiel (de chambre antérieure). En haut de l'iris, on distingue la cicatrice de l'incision cornéenne, qui trace une fine ligne blanche ; et dans l'iridectomie, le reflet de mon pouce, qui soulève la paupière supérieure :


iridectomie sectorielle



Ce type d'iridectomie est parfaitement compatible avec la technique d'extraction extra-capsulaire, aussi bien manuelle que mécanisée (phako-émulsification), avec ou sans implantation de cristallin artificiel. Après une désinsertion conjonctivale supérieure et une voie d'abord de 2,8 millimètres seulement, la phako-émulsification de cette cataracte fut presque facile, avec des suites simples et un résultat fonctionnel excellent ; à mi-hauteur de l'iridectomie, on remarque le bord supérieur du capsulorhexis qui fera office de diaphragme :


iridectomie sectorielle


Cette technique simple et éprouvée, qui m'a toujours procuré de bons résultats et des patients heureux, est dorénavant considérée comme obsolète dans les pays riches, qui lui préfèrent des solutions plus sophistiquées respectant mieux l'anatomie et l'esthétique. Elle garde néanmoins toute son utilité pour certains cas particuliers, et dans les pays pauvres.


Ceux qui s'intéressent à l'architecture remarqueront -surtout sur la deuxième photo- que la pupille prend l'aspect d'un "arc outrepassé" inversé.


Pour revenir à la photothèque, cliquer sur une photo.


accueil